Mouvement des nons-alignés

"Les Non-alignés doivent s’unir face à une mondialisation "injuste".

lundi 26 mai 2014

Thème : Mouvement des non-alignés

Auteur : Samir Amin

Mots-clés : non-alignés, indépendance, samir, mouvement

L’économiste égyptien Samir Amin a appelé les pays non-alignés à choisir "souverainement leur voie de développement", et à s’unir face à une mondialisation "injuste", dans une interview à l’APS à la veille de la tenue à Alger de la 17ème conférence ministérielle du Mouvement des pays non-alignés (MNA).

"Nous avons le droit de choisir notre propre voie de développement. Les puissances qui ont été et demeurent les bénéficiaires de l’ordre en place doivent, elles, accepter de s’ajuster aux exigences de notre développement", a souligné M. Amin dans cette interview par courriel.

Il a constaté que "l’ajustement doit être mutuel, non pas unilatéral". "Ce n’est pas aux faibles de s’ajuster aux exigences des forts, c’est à l’inverse des forts qu’on doit exiger qu’ils s’ajustent aux besoins des faibles. Le principe du droit est conçu pour cela, pour réparer les injustices, et non pas les perpétuer".

Soulignant que le mouvement a le droit de mettre en œuvre ses propres projets souverains de développement, M. Amin a indiqué que "ces projets doivent être conçus pour permettre à nos nations et à nos Etats de s’industrialiser comme ils l’entendent, dans les structures juridiques et sociales de leur choix, celles qui nous permettent de capter puis de développer par nous-mêmes les technologies modernes".

Pour lui, les projets des pays non-alignés doivent être conçus pour "garantir la souveraineté alimentaire", et "permettre à toutes les strates des peuples (de ces pays) d’être les bénéficiaires du développement, mettre un terme aux processus de paupérisation en cours".

La mise en œuvre de ces projets souverains "exige que nous reconquérions notre souveraineté financière", a-t-il ajouté. "Ce n’est pas à nous de nous ajuster au pillage financier pour le plus grand profit des banques des puissances économiques dominantes. Le système financier mondial doit, lui, être contraint de s’ajuster à ce qu’implique notre souveraineté", a expliqué M. Amin, avant d’ajouter qu"’il nous appartient à nous de définir ensemble les voies et moyens de développement de notre coopération Sud-Sud qui peuvent faciliter le succès de nos projets souverains de développement".

Revenant sur l’influence des non-alignés sur la scène internationale, M. Amin a déclaré que "le mouvement peut et doit agir au sein de l’ONU pour restaurer ses droits, bafoués par l’ordre de la globalisation injuste en place", précisant qu’’’à l’heure actuelle une soi-disant + Communauté Internationale+ autoproclamée s’est substituée à l’ONU, alors qu’en regardant de plus près, on découvre que la +Communauté internationale+ invoquée est constituée par les Etats Unis, l’Union Européenne et deux ou trois pays triés sur le volet".

"Oui, nous portons la grande responsabilité dans l’enceinte de l’ONU, où nous constituons un groupe numérique majeur, d’exiger la restauration des droits de l’ONU, le seul cadre acceptable pour l’expression de la Communauté Internationale", a-t-il poursuivi.

En réponse à une question sur l’existence du mouvement et sa raison d’être 60 ans après sa création, M. Amin a indiqué qu’après la reconquête des indépendances et la restauration des Etats qui forment le MNA, "les puissances de l’époque ont été contraintes à s’ajuster aux exigences de notre développement".

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |