CEAAL : Pour la défense du peuple Xinca de Guatemala !

OUI À LA VIE, À L’EAU ET À LA DÉFENSE DU TERRITOIRE !

jeudi 9 mai 2013

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Auteur : Comité de direction du CEAAL.

Éditorial et Canal : Conseil d’Éducation Populaire de l’Amérique latine et les Caraïbes (CEAAL).

Type de document : Communiqués et déclarations.

Langue : espagnol.

Thèmes : Peuples autochtones.

Mots clés : Eau, Colonisation, Conflits sociaux, Culture autochtone, Démocratie, Droits de l’homme, Droits des peuples autochtones, Éducation populaire, Gouvernement, Liberté d’expression, Participation sociale, Peuples autochtones, Territoire, Violations des droits de l’homme.

Pays et Régions : Guatemala.

Voir document en lien direct et en PDF.

Le Conseil d’Éducation Populaire de l’Amérique latine et les Caraïbes (CEAAL) en tant que mouvement d’enseignants populaires a pour mission d’accompagner les processus de changement et de dénoncer tout type de violation qui porte atteinte aux droits de l’homme, la démocratie et la vie de nos peuples. Il répond à la conception de l’éducation populaire de promouvoir que les sujets assument leur propre transformation à partir d’un processus d’éduction contextuel et comme sujet de sa propre destinée historique.

Face aux événements qui restreignent le droit à la libre circulation dans quatre municipalités des départements de Jalapa et de Santa Rosa, et la criminalisation des actes de protestation face à la lutte pour l’eau de ces peuples au CEAAL, nous déclarons ce qui suit :

1. Nous condamnons l’état de siège décrété par l’actuel Gouvernement aux communautés Xincas de Jalapa et de Santa Rosa, parce qu’il mine les justes luttes menées à bien par notre peuple en défense des droits de l’homme, de manifester et de se mobiliser dans son territoire.

2. Nous exigeons dans l’immédiat le rétablissement de garanties constitutionnelles dans ces communautés et la fin de la criminalisation des luttes du peuple Xinca, celles-ci reflétées dans la Constitutions.

3. Nous demandons le plein exercice de la liberté d’expression et de circulation et déplacement, ainsi que la liberté des détenus et le respect à la vie et à l’intégrité physique des dirigeants qui ont été injustement emprisonnés. Nous, les peuples, avons appris que ce n’est pas avec la violence ou la toute-puissance que nous allons construire des sociétés harmonieuses, nous exigeons des espaces de participation et de délibération démocratique.

4. Nous exigeons le respect des traditions et de la culture des peuples autochtones, comme il apparaît dans la Déclaration des Nations Unies sur les Droits autochtones ‘les peuples autochtones ont subi des injustices historiques à cause, entre autres, de la colonisation et du dépouillement de leurs terres, de leurs territoires et de leurs ressources, ce qui les a empêché d’exercer, particulièrement, leur droit au développement conformément à leurs besoins et intérêts…’ Nous exhortons à les inclure dans un dialogue national.

5. Les enseignants populaires de l’Amérique latine et les Caraïbes, nous nous solidarisons avec les luttes de nos peuples pour le droit à l’eau et au territoire du Guatemala, ainsi que le respect de leurs légitimes autorités ancestrales et leur mode de vie, comme il est apparaît dans différentes Conventions nationales et internationales.

Il s’avère nécessaire de dénoncer sans cesse toute politique et pratique qui porte atteinte à la construction de la démocratie et la paix dans les pays de la Région et dans la société civile organisée ; de continuer la lutte pour construire ensemble une société juste, interculturelle et solidaire.

Voir en ligne : CEAAL : Pour la défense du peuple Xinca de Guatemala !

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |