Ville de Guadalajara, Mexique, du 17 au 19 avril 2013

Déclaration de Guadalajara pour l’inclusion des Droits de l’Enfance dans l’Agenda de Développement Post-2015

mardi 23 avril 2013

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Organisation : Organisations participantes dans l’Agenda de Développement Post-2015 (Guadalajara, Mexique).

Canal : Conseil d’Éducation Populaire de l’Amérique latine et les Caraïbes (CEAAL).

Lieu : Virtuel.

Type : Campagne.

Langue : espagnol.

Catégorie : Développement.

Mots-clés : Adolescence, Conflits armés, Crime organisé, Droits de l’enfance et de l’adolescence, Développement durable, Diversité culturelle, Éducation, Exploitation sexuelle, Gouvernance, Enfance, Législation, Femmes, Filles, Objectifs du Millénaire pour le Développement, Participation infantile, Violence infantile.

Pays et Régions : Amérique latine et les Caraïbes.

Description : Déclaration et sollicitude de nouvelles adhésions à la Déclaration.

Tous les jours augmente le nombre de rapports et d’évidences qui montrent les difficiles conditions des filles, des garçons et des adolescents de l’Amérique latine et des Caraïbes, où la pauvreté a le visage infantile et de femme. La violence à l’égard des enfants s’élève ; ils sont humiliés, battus, objets de l’abus sexuel par les propres adultes qui les entourent dans leurs vies. De récentes études confirment que la région de l’Amérique latine et les Caraïbes reporte de taux de violence très hauts. Les Caraïbes se trouve au premier rang dans l’échelle d’homicides dans le monde (30 pour 100 000 par an) ; l’Amérique du Sud au troisième (26 pour 100 000) et l’Amérique centrale au cinquième (22 pour 100 000). De même, environ 28,7% de victimes d’homicide en Amérique latine sont des adolescents âgés de 10 à 19 ans et 6 millions de garçons et des filles sont l’objet d’abus sévères, y compris l’abandon. 80 000 garçons et filles d’au-dessous de 18 ans meurent tous les ans à cause des abus faits par leurs propres pères.

Les filles, les garçons et les adolescents ont été considérés dans les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) comme des ¨ objets de l’autorité de tutelle ¨ contrairement à la Convention relative aux Droits de l’Enfant (ONU, 1989) qui les reconnaît comme de ¨ sujets de droits ¨ ayant une citoyenneté à part entière qui établit le droit à être écoutés sur tous les thèmes qui les concernent, à ne pas être discriminés par leur âge. Elle exige aussi que les États assument ¨ l’Intérêt supérieur de l’enfant ¨ par-dessus de toute autre appréciation au moment de prendre de décisions. Bref, la définition des cibles Post-2015 des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) devra être basée sur les droits humains de l’enfance.

Nous nous réjouissons que Mme l’Ambassadrice Patricia Espinosa Cantellano assume la position stratégique et la disposition nécessaires pour écouter et s’occuper des préoccupations de filles, des garçons et des adolescents qui ont participé à ¨ La Rencontre vers l’Agenda de Développement Post-2015 des Nations Unies ¨ et qu’elle tienne compte des recommandations de la ¨ Déclaration de Monrovia sur l’enfance ¨. Nous sommes persuadés qu’elle va promouvoir les droits de l’enfance et de l’adolescence dans le cadre du Panel de Haut Niveau, dont elle membre sous l’invitation du Secrétaire Général des Nations Unies.

Répondant à l’appel pour offrir des propositions ¨Vers un agenda de développement Post-2015 ¨ de plusieurs organisations, coalitions, secteurs sociaux et organismes internationaux, qui travaillent en faveur des droits de l’homme et de l’équité entre les sexes dans la région et qui partagent la certitude que la priorité des droits des filles, des garçons et des adolescents aura un grand impact sur l’agenda de développement Post-2015, nous proposons :

- GARANTIR LE DROIT À UNE VIE LIBRE DE VIOLENCE des filles, des garçons et des adolescents, y compris les normes d’une éducation violente, la pratique traditionnelle nocive et toute autre forme d’abus et d’exploitation. Garantir plus d’accès aux services aux victimes de la violence. Augmenter les actions de surveillance et de protection face à la violence sexuelle contre les filles, les garçons et les adolescents exclus socialement : les pauvres, les migrants, les Autochtones, les descendants d’origines africaines, les handicapés, les travailleurs, les enfants de la rue, parmi d’autres.

- GARANTIR LA PROTECTION DES FILLES, DES GARÇONS ET DES ADOLESCENTS DANS DES SCÈNES DE CRIME ORGANISÉ TRANSNATIONAL, en menant des actions préventives et d’attention urgentes aux conflits internes, aux confrontations armées, aux recrutements forcés et autres formes d’exploitation.

- GARANTIR LE DROIT À LA NON DISCRIMINATION ET AU RESPECT À LA DIVERSITÉ CULTURELLE des filles, des garçons et des adolescents des peuples autochtones, de descendance d’origines africaines et des handicapés.

- GARANTIR DES MESURES PALLIATIVES POUR LES FILLES afin de surmonter l’inégalité des sexes depuis l’enfance et l’adolescence. Intégrer les garçons, les filles et les adolescents à la lutte pour l’égalité des sexes à l’école, les communautés et la famille.

- GARANTIR LE DROIT À LA PARTICIPATION des filles, des garçons et des adolescents dans la prise de décisions, notamment dans la création de mécanismes de participation relatifs aux processus de formulation, exécution et évaluation de l’Agenda de développement Post-2015 et de son application dans chaque pays.

- GARANTIR LE DROIT À L’ÉDUCATION ESSENTIELLE ET AUX ÉTUDES SECONDAIRES SUPÉRIEURES DE QUALITÉ qui outre l’accès universel accorde la priorité à la permanence dans une ambiance sûre et adéquate à la construction d’une citoyenneté infantile et aux adolescentes, tout en appliquant des mesures palliatives, notamment chez les filles, la première enfance et les personnes handicapées.

- GARANTIR LE DROIT À UNE VIE SAINE basé sur l’accès et la qualité des services sanitaire, qui répondent au défi de créer une culture nutritionnelle et contre la malnutrition et l’obésité.

- GARANTIR LE DROIT À UN CITOYEN DIGNE, VIVRE EN FAMILLE ET EN COMMUNAUTÉ en réduisant le nombre de filles et de garçons qui vivent dans des institutions (y compris deux qui sont touchés par de situations d’urgence et de déplacement), en promouvant des alternatives de protection intégrale, orientées par les Directrices de l’ONU pour la protection des garçons, de filles objets d’autres formes de prise en charge qui favorisent la réunification familiale, l’adoption et l’accueil familial.

- PROMOUVOIR UNE GOUVERNANCE PARTICIPATIVE basée sur la responsabilisation et l’allocation budgétaire nécessaire pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) dotée de mécanismes formels pour la participation active des filles, des garçons et des adolescents, des organisations sociales, des académies et des entreprises socialement responsables.

- DÉVELOPPER DE SYSTÈMES D’INFORMATION AVEC DES INDICATEURS DE DROITS DE L’ENFANT afin de mesurer, contrôler et évaluer la réalisation des OMD Post-2015. Nous invitons les diplomates qui constituent le Panel de Haut Niveau, les États et le Système de Nations Unies à concevoir l’Agenda Post-2015 dans une approche plus intégrale, redoublant d’efforts pour dépasser les mécanismes structuraux qui maintiennent l’inégalité, pour favoriser la formulation de politiques axées sur les droits de l’homme, l’égalité des sexes, et notamment, priorisant la réalisation des droits de l’enfant, en incorporant des cibles qui garantissent aux filles, aux garçons et aux adolescents le droit à un projet de vie digne dans un large cadre d’inclusion sociale et le vivre bien.

DANS L’ATTENTE QUE VOUS POURRIEZ DIFUSER CETTE SOLLICITUDE PARMI VOS CONTACTS : https://docs.google.com/a/derechosi... .

Voir en ligne : ADHÉSIONS : Déclaration de Guadalajara pour l’inclusion des Droits de l’Enfance dans l’Agenda de Développement Post-2015

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |