Il y a de plus en plus de femmes migrantes dans le monde

lundi 6 mai 2013

Toutes les versions de cet article : [Español] [français]

Auteur : Thalif Deen.

Éditorial et Canal : IPS – Objectifs du Millénaire.

Type de document : Article.

Langue : espagnol.

Thème : Migration et Femmes.

Mots clés : Droit de l’homme, Développement durable, Chefs de familles, Migration, Femmes, Filles, Organismes internationaux, Santé, Travail, Violence sexiste, Violations des droits de l’homme.

Pays et Régions : International.

Voir article en lien direct.

Le visage de la population migrante change drastiquement, car les femmes et les filles représentent environ la moitié des 214 millions de personnes qui ont du abandonner leurs lieux d’origine dans le monde.

Babatunde Osotimehin, directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour la Population (FNUAP) a précisé que dans certaines régions les femmes dépassent le nombre d’hommes.

Beaucoup de femmes émigrent à leurs comptes en tant que chefs de familles pour assurer leurs moyens de subsistance, signale Osotimehin, dans le cadre de la 46e session de la Commission des Nations Unies pour la Population et le Développement (CPD) qui conclut ses travaux le vendredi après une semaine de séances.

¨ D’autres femmes, ajoute-t-il, ont quitté leurs foyers à la recherche des sociétés plus ouvertes afin d’échapper d’un mauvais mariage ou de fuir de toutes les formes de discrimination et de violence sexiste, de conflits politiques et des contraintes culturelles.¨

Comme les autres émigrants, les femmes contribuent au bienêtre de leurs familles, moyennant l’envoi de fonds aux lieux d’origine, a souligné Osotimehin.

Un grand nombre de migrants sont des femmes, des filles et des garçons, qui subissent le pire des violations des droits de l’homme.

Après un profond et polémique débat, la CPD a adopté une tardive résolution de consensus le vendredi, reconnaissant et soulignant le rôle vital des droits sexuels et reproductifs pour les rendre visibles.

La session de la CPD cette année a centré son attention sur les nouvelles tendances des migrations internationales, et le changement dans la composition par sexes des populations migrantes comme un nouvel événement.

Yasmin Hassan, directrice de Equality Now, dont le siège se trouve à New York, a dit à l’IPS : ¨ D’après nos expériences, la dite migration féminine est étroitement liée au trafic de personnes, à des fins d’exploitation sexuelle ou du travail domestique.¨

Les femmes qui migrent de leur propre volonté, sont impliquées dans de situations de profonde exploitation, a-t-elle dit.

Elle a expliqué que ¨ cela n’est pas seulement possible, mais la situation devient encore plus critique état donné le caractère illégal et vulnérable sous lequel elles vivent, le manque de contacts sociaux, leur isolement, et souvent, leur incapacité pour comprendre la langue ou pour accéder aux systèmes de protection¨.

Elles deviennent donc la cible séduisante des réseaux de trafic, a ajouté Hassan, qui a travaillé dans la Division de la promotion de la femme des Nations Unies (DAW) et a collaboré avec la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (Cedaw).

Au nom des Etats-Unis, Margaret Pollack, a dit que les femmes migrantes étaient souvent victimes de l’exploitation et de l’abus sexuel et qu’elles n’avaient à peine accès aux services de santé.

Elle a également ajouté que cette situation était plus sensible chez les plus jeunes et d’autres secteurs vulnérables, telles que les lesbiennes, homosexuels, bisexuels, transsexuels (LGBT) et les personnes handicapées.

Pollack a demandé de politiques spécifiques pour aider ces groupes, ainsi que pour collecter des données sur des cas d’abus à l’égard des personnes migrantes.

Une étude diffusée la semaine dernière par l’Organisation Internationale du Travail (OIT), dont le siège est à Genève, informait qu’environ 600 000 travailleurs migrants ¨sont escroqués ou sont attrapés dans le travail forcé au Moyen-Orient-¨.

Des 650 entretiens faits dans une durée de deux ans dans plusieurs pays, tels que la Jordanie, le Liban et les Émirats Arabes-Unis, le rapport signale que rien qu’au Moyen-Orient habitent de millions de travailleurs migrants, et souvent ils dépassent de loin le nombre de ressortissants du pays.

Au Qatar, 94% des travailleurs sont des migrants et en Arabie Saoudite le chiffre s’élève à 50% de personnes.

Une employée domestique au Sri Lanka, accusée de tuer un bébé qui était à sa charge, a été décapitée le mois denier en Arabie Saoudite.

¨ Le trafic de personnes ne sera réglés efficacement que si l’on veille aux vides systémiques en matière de gouvernance de la migration du travail dans la région¨ a dit Frank Hagemann, sous-directeur de l’OIT pour les États arabes auprès de la CPD.

La résolution adoptée par la CPD appelle tous les États membres à travailler pour que les migrations s’intègrent aux politiques de développement national et sectoriel, aux stratégies et aux programmes.

Il faudra accorder une attention spéciale au rapport migration et développement lors de la mise en œuvre du Programme d’Action de 1994, approuvé par la Conférence internationale sur la population et le développement du Caire, en dans l’élaboration de l’Agenda de développement post-2015.

Le texte de la résolution réclame aussi la protection des droits des femmes, des garçons et des filles migrantes, notamment ceux liés à la santé sexuelle et reproductive.

Dans un nouveau rapport sur les migrations, publié la semaine dernière, l’Organisation des Nations Unies signale que les nouveaux pôles de croissance économique au Sud ont provoqué de flux migratoires dans les pays de la région.

Tout dernièrement on a constaté une marquante augmentation de la migration des pays en développement vers les pays riches du Nord.

¨ Cette croissance des migrations du Sud vers le Nord a entraîné un important flux de transferts de fonds vers le Sud, ce qui pourrait pousser leur croissance économique, ¨ signale le rapport.

Selon des données de la Banque Mondiale, les envois de fonds reçus par les pays en développement a atteint 406 milliards de dollars en 2012.

Nombreuses économies de croissance rapide en Asie-Pacifique et dans les pays de l’Asie du Sud-est, en Amérique du Sud et en Afrique de l’Ouest, sont devenues des destinations de migrants dans les régions respectives, signale l’étude.

En outre, les pays pétroliers de l’Asie occidentale (Moyen-Orient et les États du Caucase) et du sud de l’Europe (la Méditerranée) ont reçu une croissance rapide du nombre de migrants internationaux dans les années 1990 et 2010.

Suite à la crise économique et financière de 2008, certaines tendances ont ralenti ou on a pu constater une inversion temporaire, mais les dernières données montrent que la migration vers ces pays a augmenté en 2011.

Voir en ligne : Il y a de plus en plus de femmes migrantes dans le monde

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |