Des groupes de Brunéi interdisent la participation d’une activiste des droits au Forum de la l’Association des Nations de l’Asie du Sud-est (ASEAN)

vendredi 12 avril 2013

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français] [Português]

Date : 9 avril 2013.

Type : Communiqué de presse.

Auteur : Jefry Tupas.

Source : NewsDesk.

Mots clés : Conférence de la société civile de l’ASEAN, ASEAN, société civile.

DAVAO CITY- Une porte-parole, défenseur des droits de l’homme en Indonésie a été interdite d’intervenir devant ses collègues délégués qui participaient à la Conférence de la Société civile de l’ASEAN, aussi nommée Forum des Peuples de l’ASEAN, à Brunéi Darussalam.

Il est ironique que ce ne soit pas le gouvernement de Brunéi Darussalam qui interdisse Yuyun Wahyuningrum, installée à Jakarta, d’intervenir, mais c’était le Comité National d’Organisation, constitué aussi par d’organisations de la société civile basées à Brunéi Darussalam qui l’a fait.

Yuyun Wahyuningrum a déploré cette décision et a manifesté qu’il s’agissait d’une autocensure.

Il était prévu que dans son exposé, le 6 avril, elle présenterait la vision de l’ASEAN sur les droits de l’homme. Mais avant, Yuyun Wahyuningrum, activiste du Groupe de Travail des Droits de l’homme, été informée qu’elle ne pourrait pas intervenir devant la séance plénière.

¨ Nous avons pu apprécier comment au cours de Forum tenus depuis 2005, le gouvernement continue d’interrompre et d’intervenir à la Conférence de la Société civile de l’ASEAN. Nous l’avons constaté en 2007 à Singapour, en 2010 au Vietnam, et en 2013 au Cambodge, ¨ a déclaré Yuyun Wahyuningrum à NewsDesk.

Ce qui nous a étonné, ajoute-t-elle, c’est que cette fois-ci ce n’est pas le gouvernement qui ¨a interrompu la réunion, mais un groupe qui s’est déclaré être une organisation de la société civile à Brunéi.

¨Nous sommes maintenant en présence d’une organisation qui agit comme le gouvernement. Cependant, cette action n’est pas nécessairement un reflet de toute la réalité de la société civile à Brunéi, ¨ a manifesté Yuyun Wahyuningrum.

Par conséquent, le groupe de Yuyun Wahyuningrum ne représente plus l’Indonésie auprès du Comité de Direction du Forum des Peuples de l’ASEAN, 2013.

Daniel Awigra, HRWG-directeur du programme de l’Indonésie pour la Défense de l’ASEAN, a signalé que le Comité National d’Organisation du Forum des Peuples de l’ASEAN ne préservait et ne défendait plus les objectifs du Forum.

¨ Une organisation défenseur des droits de l’homme comme la HRWG, ne peut appuyer l’interdiction de la liberté d’expression ¨ a-t-il souligné dans une déclaration, en faisant référence à la décision du Comité National d’Organisation d’interdire le droit d’intervention à Yuyun Wahyuningrum.

Critiques

Awigra a exposé que le Comité National d’Organisation avait expliqué au cours d’une réunion du Comité de Direction régional, tenue le 4 avril, qu’on avait interdit l’intervention de Yuyun Wahyuningrum, parce que son article critiquait Brunéi en tant qu’actuel président de l’ASEAN, puisqu’il avait essuyé l’échec de l’organisation d’une réunion pour établir le lien entre la société civile et les leaders de l’ASEAN.

Dans l’article de NewsDesk, publié le 23 février, Yuyun Wahyuningrum a manifesté : ¨Ce n’est pas évident si Brunéi tiendra une réunion informelle entre les Chefs d’États et les organisations de la société civile. Personnellement, je pense que la présidence de la SEAN n’est pas en faveur de la réalisation de cette réunion. Pour quoi ? Je crains que la présidence n’apprécie pas l’importance de ce contact. Ou tout simplement, que la présidence ne soit trop paresseuse pour organiser cette réunion.¨

Et elle ajoute, ¨ Si telle serait la situation, la présidence ne serait pas en train d’appliquer la consigne de cette année : ‘Notre future, nos peuples unis.’

Pour Awigra, la décision du Comité National d’Organisation ‘a été inacceptable’, notamment parce que la décision a été prise par un ‘groupe qui s’auto-déclare être la société civile’.

¨ La déclaration explicite du Comité National d’Organisation de Brunéi Darussalam viole les principes des droits de l’homme et les valeurs et principes de l’HRWG de promouvoir les droits fondamentaux de liberté, spécialement le droit à la liberté de parole, ¨ a-t-il ajouté.

¨ Nous prenons dûment note de la violation en 2013 du Comité National d’Organisation de Brunéi Darussalam des principes et des valeurs de l’ACS/APF, ¨ souligne-t-il.

Orientation sexuelle

Dans une déclaration faite a titre individuelle, le Comite de Direction de l’Indonésie pour le Forum des Peuples de l’ASEAN, a manifesté sa préoccupation sur la ‘grave violation’ du Comité National d’Organisation des valeurs du Forum des Peuples de l’ASEAN : la démocratie, la transparence, la participation et la responsabilité.

Le Comité National d’Organisation, d’après le Comité de Direction de l’Indonésie, avait contourné ¨la participation ouverte¨ lorsqu’il a invité les orateurs à intervenir aux séances sans consulter les membres du comité préalablement.

Le groupe a déclaré que le Comité National d’Organisation avait aussi limité les thèmes des séances, tout en ignorant les ateliers et les débats sur l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression des sexes (SOGIE), les droits sexuels et reproductifs et les droits humains des travailleuses sexuelles.

Le Comité a signalé qu’il prenait cela comme un effort pour réduire les espaces de la société civile.

Vien Tanjung, représentant de l’Indonésie au Caucus SOGIE de l’ASEAN a signalé que la décision prise par le Comité National d’Organisation était une expression d’irrespect à leur égard.

¨ Le Forum est très important pour nous, parce qu’il représente un espace pour exprimer nos opinions, pour être écoutés. La société civile est solidaire et implique les gouvernements, nous apprécions la reconnaissance de notre Forum des Peuples de l’ASEAN par les gouvernements, ¨ a-t-il communiqué en ligne avec le NewsDesk.

Et il a ajouté : ¨ Nous faisons partie du Forum des Peuples de l’ASEAN depuis 2010 et 2011, nous avons présenté certaines recommandations à remettre aux dix leaders des pays de l’ASEAN, et maintenant à Brunéi, le Comité National d’Organisation a limité et refusé la participation du groupe SOGIE.¨

Dans un message à titre individuel, le groupe Tanjung a manifesté que la décision prise par le Comité National d’Organisation visait à contraindre et à limiter le débat ¨des groupes de personnes dont les opinions et les avis ne se correspondent pas aux critères de l’État, parmi lesquels se trouvent l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression des sexes (SOGIE), les droits sexuels et reproductifs et les droits humains des travailleuses sexuelles ¨.

Le groupe Tanjung signale : ¨ Nous sommes déçus que des espaces crées pour promouvoir et soutenir la démocratie et les principes des droits de l’homme pour et par les organisations de la société civile, des secteurs spécifiques de la société soient discriminés¨.

¨ Les personnes avec une orientation sexuelle et une identité de sexe différente, ainsi que les travailleuses sexuelles et les défenseurs des droits sexuels et reproductifs sont interdites et les ateliers qui promeuvent la compréhension et qui veillent sur les violations des droits de l’homme imposent des conditions en fonction de notre identité et orientation sexuelle, ¨ remarque le Groupe.

Le Groupe a aussi demandé au Forum des Peuples de l’ASEAN de s’occuper dans l’immédiat de l’affaire et de l’amender.

¨ Nous sommes à une étape de notre lutte pour l’égalité et le respect, d’où nous n’accepterons aucun type de discrimination, abus, violence ou sanction de l’État, nos droits doivent être préservés et protégés.¨

Voir en ligne : http://newsdesk.asia/brunei-groups-...

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |