Au Classement De La Parité Hommes-femmes, Le Maghreb À La Traîne

mercredi 30 octobre 2013

Source : Awid

Date : 29 octobre 2013

Mots clés : Civil & political rights, Éducation, Égalité et non-discrimination, Santé, Participation politique

En termes de parité, le chemin est encore long pour les femmes de la région MENA.

Le World Economic Forum (Forum économique mondial) vient de publier "The Gender Global Gap Report 2013", et le résultat n’est pas fameux pour les pays du Maghreb (entre autres), en bas de tableau.

Depuis 2006, ce rapport mesure l’évolution de l’égalité entre les hommes et les femmes à l’échelle mondiale à travers quatre domaines de comparaison : la "participation à la vie économique et les opportunités", "la réussite dans l’éducation", "la santé et la survie" et "la représentation politique".

136 pays, représentant plus de 93% de la population mondiale, ont été passés au crible, et 86 d’entre eux ont fait preuve d’une amélioration cette année.

En queue de peloton

Dans ce nouveau classement 2013, l’Algérie se classe 124ème et perd 4 places par rapport à 2012, suivie de près par l’Egypte (125ème, gagne une place) et le Maroc (129ème, position inchangée).

La Tunisie n’apparaît pas cette année, par manque de données. La dernière fois qu’elle figurait dans le classement, c’était en 2011 et elle occupait alors la 108ème place.

Le Maroc se fait dépasser par l’Arabie saoudite, où pourtant les femmes n’ont même pas le droit de conduire, mais le pourcentage de Saoudiennes au parlement est passé de 0% à 20%, selon le rapport.

Si en termes de participation politique, l’Algérie réussit à se hisser à la 62ème place, notamment grâce au système des quotas pour les listes électorales, et que "les taux d’inscription dans l’enseignement secondaire sont plus élevés pour les femmes que pour les hommes", c’est surtout dans le domaine du travail que le bât blesse.

Dans la région MENA, considérée comme la moins favorable à l’égalité hommes-femme, ce sont les Emirats arabes unis qui s’en sortent le mieux, au 109è rang.

Des efforts, mais pas assez

Même si des efforts sont notables, les pays du Maghreb ont encore beaucoup de progrès à faire.

Au Maroc, par exemple, plusieurs initiatives ont été prises pour réduire les inégalités hommes-femmes, comme la ratification de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), ou l’apparition de l’article 19 qui consacre l’égalité entre les sexes dans la nouvelle Constitution.

Cet article stipule que "l’homme et la femme jouissent, à égalité, des droits et libertés à caractères civil, politique, économique, social, culturel et environnemental (…)", et ajoute que "l’Etat marocain œuvre à la réalisation de la parité entre les hommes et les femmes. Il est créé, à cet effet, une Autorité pour la parité et la lutte contre toutes formes de discrimination."

Si tout cela semble optimiste sur papier, la réalité est tout autre et les femmes peinent toujours à se prémunir des mêmes droits et chances que les hommes.

Au Maroc, "plus d’un an après leur entrée sur le marché du travail, 75% des femmes sont au chômage, contre 60% des hommes", le nombre de femmes occupant des postes gouvernementaux de haut rang ne dépasse pas 13%, la représentation féminine sur le marché du travail était de 25% en 2012 contre 30% en 1999, d’après le site al Monitor.

En Tunisie, où un Code du statut personnel (CSP) en faveur des femmes a été établi par Habib Bourguiba en 1956, la condition des femmes avait suscité la polémique au lendemain de la révolution. En 2012, la commission des droits et libertés au sein de l’Assemblée nationale constituante avait en effet provoqué un tollé en votant un article qui évoquait le principe de "complémentarité" entre l’homme et la femme. Après de nombreuses protestations et des manifestations, cette notion fut finalement supprimée.

Le 11 avril 2011, la Haute Instance chargée de préparer l’élection de l’Assemblée constituante tunisienne avait par ailleurs consacré la parité sur les listes électorales.

Voir en ligne : http://www.awid.org/fre/Library/Au-...

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |