Le 4e Forum de la Terre, Tunisie, mars 2013 : Les expériences de la lutte devenues acquis

mardi 23 avril 2013

Toutes les versions de cet article : [English] [Español] [français] [Português]

Source : HIC-HLRN.

Date : 19 avril 2013.

Mots-clés : Le Forum de la Terre, État, Mouvement sociaux, Souveraineté alimentaire.

Du 26 au 28 mars, le Réseau Droits au Logement et à la Terre (HLRN sous les sigles en anglais) de la Coalition Internationale pour l’Habitat a organisé son 4e Forum de la Terre pour le Moyen-Orient/l’Afrique du Nord, intitulé : ¨ Des promesses brisées aux solutions populaires ¨.

Le Forum de la Terre a convoqué des experts et des activistes de mouvements sociaux d’Ahvaz, Algérie, Égypte, Iraq, Jordanie, Liban, Maroc, Palestine, Syrie, Tunisie et du Sahara Occidental, afin de partager leurs combats pour la terre et les ressources naturelles ; ainsi que sur la lutte pour la terre des populations berbères, kurdes, nubiens, axée sur :

• La réforme constitutionnelle et la justice de transition.

• La perspective sexospécifique de la terre.

• Le conflit, l’occupation et la guerre.

• L’environnement et l’eau.

• Les peuples originaires du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord.

• Les luttes de l’agriculture paysanne et la souveraineté alimentaire.

• Le sol urbain et le droit au logement.

• Las dimensions internationales : les leçons des mouvements sociaux.

• La participation citoyenne dans la prise de décisions et de politiques globales.

Les participants ont confirmé la conviction des Forums de la Terre précédents, concernant le fait que la société civile de toute la région relève le défi d’articuler des alternatives aux concepts actuels de l’État et de la terre étatique. La méthodologie stratégique du développement du savoir et de la réforme politique fondamentale est enracinée dans les normes des droits de l’homme. Cependant, cette approche doit dépasser, voire corriger, les normes des lois et des politiques coloniales, y compris le légat de la règle ottomane qui enlève la terre et les ressources naturelles aux communautés et aux populations. Les alternatives comprennent la transformation fondamentale de l’État à respecter, protéger et à appliquer l’ensemble indivisible des droits de l’homme, afin de garantir l’autodétermination de tous les peuples et le non discrimination institutionnalisée par l’égalité de citoyenneté et l’égalité entre les sexes. Outre l’obligation de l’État d’assurer le droit à un logement juste et adéquat, à la terre, à l’eau et aux ressources naturelles ; le contrôle civil de l’État doit garantir la défense de ces droits par l’existence d’un état de droit efficace, la réalisation progressive des droits, en accordant le maximum de ressources disponibles et de la coopération internationale, y compris les obligations extraterritoriales des états à défendre les droits de l’homme liés à la terre et aux ressources naturelles face aux acteurs externes.

Les efforts actuels et futurs pour la mise en œuvre des initiatives civiles dans la région prétendent développer et appliquer les concepts du devoir de l’État de réaliser la fonction sociale de la propriété, la production sociale de l’habitat et le ¨ droit à la ville¨. La société civile de la région continuera le développement des capacités moyennant l’échange d’expériences et des savoirs avec les partenaires et les mouvements sociaux d’autres régions, afin d’accélérer la création du savoir, l’éducation civique et le développement de programmes et des stratégies adéquats. La création d’un savoir futur de la société civile de la région vise à développer et à appliquer des indicateurs supplémentaires nécessaires pour transmettre la nécessité humaine urgente d’introduire des réformes fondamentales pour la mise en valeur du sol et pour les politiques générales de développement de nos pays.

Voir en ligne : http://www.hic-net.org/news.php?pid=4771

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |