Le forum migration vue de la lunette du genre…

mardi 6 mai 2014

Source : e-joussour

Date : 24 avril 2014

Mots clés : Tunisie, Droits de la femme, Droits des migrants

La 3 ème édition du Forum migrant(e)s Maghreb-Machrek a été inaugurée les 18, 19 et 20 avril 2014 à Monastir et à intégré la dimension du genre dans les enjeux des migrations. A cet effet un atelier à été consacré sur « femme et migration ou le cumul des vulnérabilités » et à permis aux participant(e)s d’aborder de manière concrètes un ensemble de problématiques rencontrés par les femmes de manières spécifiques dans leur parcours de migration à leur intégration dans le pays d’accueil.

Et pour cause la question des migrations de femmes est restée une réalité peu connue. L’image de l’homme seul, migrant pour des raisons économiques ou politiques, est restée prégnante dans les représentations de l’immigration et elle a fait de la migration féminine un phénomène marginal. La féminisation des flux migratoires est telle que désormais, d’après la plupart des statistiques, les femmes représentent environ la moitié des migrants dans le monde. Au regard de cette réalité les questions et les réponses liées aux enjeux de la migration doivent intégrer une perspective de genre.

La situation des migrantes diffère de celle des migrants dans les circuits officiels de migration et s’agissant des secteurs d’activité dans lesquels elles sont employées et des formes de maltraitance qu’elles subissent, ainsi que des conséquences de ces abus. Pour comprendre les problèmes particuliers rencontrés par les femmes, il faut examiner la migration des femmes à la lumière des inégalités entre les sexes :
- des rôles traditionnels assignés aux femmes,
- de la répartition inégale des emplois entre les hommes et les femmes sur le marché du travail,
- de la prévalence universelle de la violence sexiste
- de la féminisation mondiale de la pauvreté. La féminisation des migrations, le rôle crucial des femmes dans la participation à la vie sociale et économique dans le pays d’accueil ou de transit ainsi que leur marginalisation en matière d’admission au séjour et de surexposition aux violences nécessitent des politiques publiques plus transversales, soucieuses de la prise en compte des droits humains des femmes et de l’égalité entre les sexes.

Il est aujourd’hui important d’agir pour que les gouvernants mettent en place des mécanismes de protection et mènent des politiques publiques d’accueil adaptés aux migrantes et aux réfugiées ayant pour référence les conventions internationales car elles vivent de graves dangers dans leur parcours migratoire, à la fois femmes et migrantes :

- La migration expose ces femmes à un risque élevé de mauvais traitements et de violence physique et sexuelle. Elles sont traitées bien souvent comme des proies « faciles », fragilisées par leur situation de migrantes. Elles subissent la domination masculine des premiers hommes qui les accompagnent (passeurs ou autres) dans leur exil, puis parfois des forces de police et de certains hommes qu’elles rencontrent.

- Les femmes migrantes victimes de violence conjugale sont placées trop souvent devant ce « choix » : les coups, la domination ou l’expulsion, et le retour au pays. Trop de situations révèlent des chantages aux papiers, au dénigrement, à la dépendance économique…

- Sur le plan du travail, préjugés et discriminations racistes comme sexistes entraînent une exploitation abominable, les déqualifications professionnelles, les bas salaires, les carences de soins, l’absence de recours juridique ou syndical…..

Ces situations de multiples violences et de terribles discriminations vécues par les femmes migrantes, régularisées ou non, mais toujours en situation précaire, doivent être traitées autrement par les instances politiques. Il faut inclure les femmes et leurs besoins dans tous les débats sur l’immigration, la liberté de circulation et d’installation et le respect du droit d’asile. La législation doit promouvoir leur autonomie réelle, leur reconnaissance dans la société d’accueil

Face à cette situation, les participants de l’atelier « femmes et migration ou le cumul des vulnérabilités » à la 3 ème édition du Forum des migrants appellent :

- au plaidoyer aux états :

o à reconnaître les persécutions à caractère sexiste comme un motif valable pour accorder à ces femmes un statut de réfugié.

o à reconnaitre les persécutions liées au genre dans l’examen des demandes d’asile.

o A mettre en place des lois de lutte contre la violence et des mécanismes de protection à l’égard des femmes migrantes même en situation irrégulière.

o A créer une carte de séjour unique pour lutter contre la dépendance conjugale et en finir avec la multiplication des catégories administratives.

- La société civile :

o Accompagner et renforcer le pouvoir d’agir des femmes migrantes

o Participer à la dynamique de défense des femmes migrantes

o Intégrer la cause des femmes migrantes dans les luttes d’ensemble des droits humains des femmes.

- Au sein du forum social Maghreb Machrek :

o La création d’un observatoire des migrant (e)s, outil d’alerte contre toutes les violations des droits des migrant(e)s, intégrant l’approche genre dans toutes ses dimensions de recherches, d’observation et de productions d’analyses.

o Production d’une brochure d’information sur la situation des femmes migrantes au Maghreb et en Europe

Voir en ligne : http://www.e-joussour.net/node/13469

Tejiendo Redes.
C/ Hermanos García Noblejas, 41, 8º. 28037 - MADRID.
Tlf: 91 4084112 Fax: 91 408 70 47. Email: comunicacion@fidc.gloobal.net

SPIP |